May 152015
 

Découverte archéologique dans la grotte Tam Pa Ling (province de Huà Pan au Laos)

Copyright: Futura Science

Par Quentin Mauguit, Futura-Sciences

Full article in english: http://www.uscvb.net/docs/14375.full.pdf

L’histoire de l’arrivée des Hommes modernes dans le sud-est asiatique vient de s’éclaircir un peu plus. Des fragments d’un crâne d’Homo sapiensvieux de 46.000 à 63.000 ans ont été trouvés dans une grotte située dans une région montagneuse au Laos. Les premiers migrants, qui sont d’ailleurs arrivés plus tôt que prévu, ne longeaient donc pas toujours les côtes.

Les racines de la lignée humaine sont profondément ancrées sur le continent africain. Des migrations commencées voici 100.000 ans ont depuis permis à nos ancêtres de conquérir l’ensemble de l’Eurasie. L’arrivée et le développement de l’Homme moderne en Europe, il y a environ 45.000 ans, sont bien documentés suite à la mise au jour de nombreux fossiles ou traces archéologiques. En revanche, d’importantes zones d’ombre obscurcissent toujours l’histoire de la colonisation du sud-est asiatique par Homo sapiens. Selon des données génétiques, cet événement aurait pu survenir voici 60.000 ans, mais jusqu’à ce jour aucune preuve fossile n’est venue corroborer cette information.

La découverte en 2009 de plusieurs morceaux d’un crâne dans une grotte située au sein des montagnes annamites au Laos pourrait bien combler ce manque. Selon plusieurs datations, ils appartiendraient au plus vieil homme «totalement moderne » trouvé dans une région continentale en Asie du Sud-Est. L’histoire des migrations dans cette partie du globe pourrait même être repoussée de plus de 20.000 ans. Ces restes humains ont été décrits dans la revue Pnas par Fabrice Demeter, du Muséum national d’histoire naturelle (MNHN) de Paris.

homo-sapiens

Présentation des fragments de crâne d’Homo sapiens trouvés dans la grotte Tam Pa Ling au Laos. Os frontal vu respectivement de face, d’en haut et par le bas (A, B, C) ; os occipital photographié par le haut et par le bas (D, E) ; os pariétal droit vu par le haut et par le bas (F, G) ; os temporal droit avec une partie de mastoïde en vue latérale externe et interne (H, I) ; maxillaire photographié de face, par le haut et par le bas (J, K, L). © Fabrice Demeter et al. 2012, Pnas

De multiples couloirs de migration continentaux

Les fragments ont été mis au jour à l’intérieur de la grotte des singes ou Tam Pa Ling (province de Huà Pan) où ils reposaient à 2,5 m de profondeur. Ils se composent d’un os frontal, d’un morceau d’occipital, d’un os pariétal droit et des maxillaires gauche et droit pourvus de nombreuses dents. L’analyse de ces structures est formelle, le crâne appartenait à un individu mature. Aucune crête n’a été observée au-dessus de l’orbite. Or, cette absence est propre à l’Homme moderne. D’autres spécificités, par exemple au niveau des dents, ont confirmé cette conclusion.

migrations
Résumé des migrations réalisées par les premiers Hommes modernes à partir de l’Afrique et en direction de l’Europe et de l’Asie. Le timing approximatif est exprimé en dizaine de milliers d’années (KYA). © A. Nichols et University of Illinois

Mais quel âge ont ces restes fossiles ? Les sédiments entourant les fragments ont fait l’objet de datations au carbone 14 et par luminescence (une méthode permettant d’établir quand un minéral a été exposé à la lumière ou à la chaleur pour la dernière fois). Le crâne fossile serait arrivé dans la grotte, qui n’était ni un lieu de vie ni une sépulture, au plus tard voici 46.000 ans et au plus tôt il y a 47.000 à 51.000 ans. Une partie de l’os frontal a fait l’objet d’une datation uranium/thorium. Selon cette méthode, les os trouvés seraient âgés de 63.600 ± 6.000 ans. Les restes appartiendraient donc à un individu ayant vécu voici 46.000 à 63.000 ans, des chiffres en accord avec les études génétiques. Certains squelettes d’hommes modernes plus âgés ont été trouvés en Asie, par exemple à Xujiayao en Chine. Cependant, leur datation fait l’objet de polémiques. De plus, ils possèdent souvent des caractères considérés comme archaïques remettant donc leur classification en cause.

Cette étude révèle un autre fait important : les migrations des Hommes modernes en direction du sud jusqu’aux îles du sud-est asiatique et l’Australie ne se sont pas uniquement faites le long du littoral, comme suggéré par plusieurs études. Des migrants se sont également déplacés vers le nord en s’enfonçant dans le continent. La grotte des singes se trouve en effet près du sommet de la montagne de Pa Hang qui culmine à 1.170 m d’altitude. Les territoires asiatiques étaient donc traversés par plusieurs couloirs de migration.

  • Facebook
  • LinkedIn
  • Twitter

Sorry, the comment form is closed at this time.

error: Content is protected !!